Les chrétiens du 14 Mars appellent à une élection rapide « pour déjouer le complot »

Réunion extraordinaire à Saïfi en présence des chefs de parti, des ministres et des députés
Les chrétiens du 14 Mars appellent à une élection rapide « pour déjouer le complot »


Aussitôt connue la nouvelle de l’assassinat du général François el-Hajj, les chrétiens du 14 Mars ont tenu une réunion urgente au siège du parti Kataëb à Saïfi, en présence du président Amine Gemayel, et du chef des FL, Samir Geagea. A l’issue des discussions qui ont duré plusieurs heures, un communiqué a été publié et lu par le président Gemayel. Dans ce communiqué, les chrétiens du 14 Mars ont estimé qu’il fallait élire un nouveau président de la République au plus tôt, assurant que le retard dans cette élection cache la volonté de se retourner contre les constantes libanaises.


Les personnes réunies ont décidé de former une délégation chargée de présenter ses condoléances au commandant en chef de l’armée à la suite de l’assassinat du général François el-Hajj. Elles ont aussi décidé de former des commissions chargées de contacter les différentes parties libanaises pour les pousser à accélérer le processus électoral. Une des commissions devra aussi presser le gouvernement de présenter un projet d’amendement constitutionnel au Parlement dans les plus brefs délais. Les personnalités réunies ont aussi réaffirmé leur attachement à l’élection du général Michel Sleimane à la tête de la République pour ses capacités à affronter les complots qui visent le Liban. Le communiqué insiste sur le fait que la vacance à la tête de la République a provoqué une crise très grave dans le pays et il relève le fait que l’assassinat du général el-Hajj intervient alors que le commandant en chef de l’armée a été choisi comme candidat consensuel, et alors que son élection fait l’objet de nombreuses entraves.


Le communiqué rappelle que ce crime, aussi odieux soit-il, ne fera pas peur aux Libanais et ne les poussera pas à renoncer aux objectifs qu’ils se sont fixés lors de la révolution du Cèdre.


Le communiqué ajoute encore que les personnalités ne permettront plus la poursuite de la vacance à la tête de l’Etat, estimant que le retard dans cette élection cache en fait un vaste projet de coup d’Etat contre les constantes libanaises et contre l’accord de Taëf et un complot pour transformer le Liban en arène pour le règlement des conflits régionaux et internationaux.


Le communiqué appelle ainsi toutes les parties à élire rapidement le général Sleimane et demande au chef du Parlement de cesser de convoquer des réunions de pure forme et de mener des dialogues stériles pour procéder rapidement à l’amendement constitutionnel qui ouvrirait la voie à l’élection du général Sleimane à la présidence de la République.


Le communiqué appelle ainsi à une réunion urgente du Parlement et à présenter une demande pour que ce dossier soit inclus dans l’enquête internationale. En réponse à une question, le président Gemayel n’a pas exclu la possibilité de recourir à une élection présidentielle unilatérale, si la vacance devait se prolonger, mais il a préféré appeler toutes les parties à réagir avec un sentiment de conscience nationale pour élire rapidement le président consensuel choisi.


Rappelons que toutes les personnalités libanaises du 14 Mars ont participé à cette réunion, du président Gemayel au chef des FL, en passant par tous les députés, notamment Boutros Harb, et les ministres, ainsi que les anciens députés et les chefs de parti et mouvements, dont Nassib Lahoud, Dory Chamoun et Carlos Eddé.

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل