Le 14 Mars exhorte les ministres arabes à dénoncer le rôle de la Syrie au Liban

Appel du comité de suivi de la majorité au Conseil de la Ligue
Le 14 Mars exhorte les ministres arabes à dénoncer le rôle de la Syrie au Liban


A l’avant-veille de la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères, prévue demain dimanche au Caire, le comité de suivi du 14 Mars a publié hier un communiqué exhortant la Ligue arabe à prendre des mesures immédiates et dissuasives pour mettre un terme aux ingérences syriennes au Liban et assurer l’élection du président de la République. Le communiqué invite plus précisément les ministres arabes à dénoncer une offensive continue menée par le régime syrien contre le Liban et visant à renverser le pouvoir et le système politique libanais. Le texte souligne que ce qui se passe au Liban va au-delà du simple désaccord politique et revêt un caractère putschiste violent.


« Depuis le retrait officiel de la Syrie, survenu à la fin d’avril 2005 dans la foulée de l’assassinat du Premier ministre martyr Rafic Hariri, le Liban se trouve être la cible d’une offensive continue de la part du régime syrien », indique le communiqué.


« Cette offensive se traduit par des crimes, un trafic d’armes et d’éléments armés à travers la frontière, un financement du terrorisme, une paralysie de la vie institutionnelle libanaise et un sabotage des intérêts et des droits des Libanais. Tout cela a connu son apogée avec la campagne persistante menée contre le gouvernement libanais – un gouvernement légitime et constitutionnel issu de la volonté libre des Libanais – et la tentative visant à le renverser par des méthodes violentes, non démocratiques et irresponsables qui ont mis en péril la paix civile dans le pays », affirme le texte.


« A cela s’ajoute la poursuite du bouclage de la Chambre des députés, une violation sans précédent de la Constitution et du système démocratique, destinée à servir l’un des principaux objectifs de l’offensive syrienne, qui est de faire échec au tribunal international chargé de juger les responsables de l’assassinat de Rafic Hariri et des autres crimes commis au cours des trois dernières années », relève-t-il.


« L’offensive du régime syrien a atteint son paroxysme avec le sabotage de l’élection présidentielle libanaise. Cela a conduit à la vacance du siège de la présidence et à l’échec de toutes les tentatives en vue de permettre le déroulement du scrutin, dont la dernière en date était l’initiative française. La description la plus fidèle qui a été faite du rôle du régime syrien au Liban est venue de la bouche des deux présidents égyptien, Hosni Moubarak, et français, Nicolas Sarkozy, à l’issue de leur rencontre au Caire le 31 décembre dernier », souligne le communiqué.

« Les forces du 14 Mars exhortent le Conseil de la Ligue arabe à exercer des pressions pour que le régime syrien retire sa main du Liban et pour aider ce pays à élire un président de la République consensuel dans les plus brefs délais, d’autant que les Libanais étaient parvenus à s’accorder sur un nom acceptable pour tout le monde, celui du commandant en chef de l’armée, le général Michel Sleimane. Les forces du 14 Mars expriment leur attachement à sa candidature et considèrent que son accession à la présidence constituera le prélude naturel à la tenue d’un dialogue national portant sur tous les problèmes », poursuit le texte.


« Les forces du 14 Mars insistent sur le fait que le désaccord au Liban est allé bien au-delà du simple désaccord politique naturel, car ce que le pays affronte est un projet de putsch violent contre le pouvoir, le système politique et l’accord de Taëf, avec le soutien des régimes syrien et iranien. En d’autres termes, il s’est agi de remplacer le processus démocratique par un processus violent et dangereux que des leaders éminents du 8 Mars ont clairement évoqué en suggérant que la situation pourrait échapper à tout contrôle, ce qui constitue une menace de guerre civile », souligne-t-il.


« Se fondant sur le fait que le Liban est un membre fondateur de la Ligue arabe, sur le respect des légalités arabe et internationale et sur sa foi dans les bases du nouvel ordre arabe, définies par la Déclaration de Ryad qui insiste notamment sur l’égalité dans les relations entre Etats arabes indépendants, souverains et libres, les forces du 14 Mars appellent le Conseil de la Ligue à protéger le Liban indépendant du sabotage entrepris par le régime syrien, de son terrorisme prenant pour cible la stabilité libanaise et l’invite à aider le Liban à s’acquitter de ses échéances constitutionnelles, et d’abord de l’élection du président de la République », ajoute-t-il.


« Dans ce sillage, les forces du 14 Mars considèrent que le Liban est une question et une responsabilité arabes, et souhaitent que la réunion du Caire tranche définitivement avec le régime syrien, mette un terme à ses ingérences au Liban, cesse toute flatterie à son égard et parvienne à prendre des mesures dissuasives à son rencontre. »


« Il n’est pas besoin de rappeler qu’en défendant l’entité libanaise, l’Etat, le système démocratique et la République libanaise indépendante, les forces du 14 Mars défendent l’arabité authentique du Liban. Elles défendent aussi les Arabes et leur cause centrale, la Palestine, ainsi que la solidarité interarabe », conclut le texte.

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل