Optimisme prudent dans les rangs de la majorité

Optimisme prudent dans les rangs de la majorité


Le ministre des Affaires étrangères par intérim, Tarek Mitri, a indiqué hier que l’objectif de la réunion ministérielle arabe est de mettre en place « un plan d’action dont les modalités d’application seraient contrôlées ». Il a observé que « la Ligue arabe n’est pas entrée dans les détails de la formation du gouvernement, car ceci est une affaire libanaise ». « L’objectif du plan arabe, a poursuivi le ministre Mitri, est que les Libanais s’entendent entre eux sur le principe de la formation d’un gouvernement d’union nationale, selon la Constitution et les principes, tout en préservant le rôle du président dans les consultations et les nominations. » Et de préciser que l’initiative arabe insiste sur le fait que le rôle du président de la République n’est pas uniquement de former un gouvernement, mais « d’avoir un gouvernement à ses côtés, dans les décisions nationales ».

 

Tarek Mitri a finalement souligné que le plan arabe est clair et consiste « à accélérer l’élection d’un président », et « la formation d’un gouvernement d’union nationale dans le respect du principe “ ni vainqueur ni vaincu ”, où aucune partie ne peut bénéficier du droit de blocage, et ce, afin que le président puisse jouer son rôle ».


De son côté, le député Waël Bou Faour a estimé que la solution arabe est « une occasion pour toutes les parties libanaises de parvenir à une entente politique juste et équitable et que la priorité est l’élection d’un président de la République, le plus rapidement possible ». M. Bou Faour a ainsi appelé à l’élection de Michel Sleimane à la présidence, lors de la séance de samedi prochain. Il a également observé que « les forces du 14 Mars redoubleront d’efforts pour faire réussir la mission du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa ». Estimant que l’initiative arabe a « de grandes chances de réussir », il a déploré que « certaines parties du 8 Mars aient émis des doutes ou des interprétations en dehors de toute logique ».


Par ailleurs, le député Ghassan Tuéni a fait part de « son optimisme concernant les chances de réussite de l’initiative arabe ». Il a précisé que « ces chances sont d’autant plus grandes que l’initiative jouit du soutien régional et de l’encouragement iranien et qatari à la Syrie pour qu’elle donne son aval ».


A son tour, le député Robert Ghanem a estimé qu’il était « difficile que les choses se déroulent sans embûches, d’ici à samedi », précisant que légalement, il fallait d’abord amender la Constitution avant de voter. Il a aussi invité toutes les parties à adopter l’initiative arabe, estimant que « celle-ci pourrait être la dernière initiative de soutien au Liban ».


Enfin, le président du Comité de défense des libertés publiques et de la démocratie, Sinane Barrage, a exprimé son optimisme quant à l’issue du plan arabe, précisant que « la majorité ne pourra plus gouverner seule, alors que l’opposition n’aura plus la possibilité de bloquer les décisions ».

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل