Deux enquêtes menées pour déterminer les responsabilités dans les événements

Deux enquêtes menées pour déterminer les responsabilités dans les événements


La justice militaire a ouvert une enquête pour déterminer les responsabilités dans les incidents sanglants qui ont eu lieu dimanche soir, dans la banlieue sud notamment, faisant 6 morts, selon les sources judiciaires, et plusieurs blessés, dont un officier de l’armée. Ce dernier a été blessé à la tête par une balle qui a transpercé son casque, lui occasionnant des blessures superficielles.


Le procureur général près la Cour de cassation, le juge Saïd Mirza, qui a suivi de près l’investigation en cours, s’est réuni avec le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, le juge Jean Fahd, et le commandant de la police militaire, le général Nabil Ghafari, avec lesquels il a évoqué les premières informations dont dispose la justice.


A l’issue de la réunion, le juge Mirza a chargé l’avocat général militaire, Rahif Ramadan, d’examiner les corps des victimes tombées au cours des incidents. Il a également chargé un comité formé de trois médecins légistes d’établir leur rapport pour déterminer le nombre de balles qui ont atteint chaque victime, l’origine et l’orientation des tirs. Les manifestations sanglantes de dimanche soir ont en outre fait l’objet d’une discussion lors d’une réunion entre le président du Parlement, Nabih Berry, et le juge Mirza.


Des sources autorisées citées par notre chroniqueuse judiciaire, Claudette Sarkis, ont indiqué que deux enquêtes ont été ouvertes parallèlement : une, sur le terrain, menée par l’armée, et une autre, judiciaire, entreprise par le juge Jean Fahd.


Les sources ont toutefois affirmé qu’il est « encore prématuré à ce stade de déterminer l’origine et la nature des tirs », assurant toutefois que les résultats de l’investigation seront rendus publics une fois l’enquête achevée. Elles ont aussi ajouté que les francs-tireurs n’ont pas encore été identifiés, précisant qu’une première enquête a été ouverte avec les personnes détenues qui seront interrogées pour les différents actes de vandalisme commis au cours des incidents. Les sources ont fait remarquer que les personnes décédées « ont été dans leur majorité visées d’une seule balle fatale ».


Dans le cadre de son investigation, le juge Fahd a demandé aux médias audiovisuels de lui fournir une copie des reportages télévisés relatifs aux troubles sécuritaires, et aux commerces et institutions possédant des caméras de surveillance une copie des images recueillies sur place.

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل