Le Conseil de sécurité alarmé par la situation sécuritaire au Liban

Le Conseil de sécurité alarmé par la situation sécuritaire au Liban
Washington appelle Damas et Téhéran à mettre un terme à leur « obstruction » du scrutin présidentiel


 

Lors d’une réunion qu’il a consacrée hier à l’étude de la situation au Moyen-Orient, le Conseil de sécurité s’est penché sur les derniers développements au Liban et dans les territoires palestiniens. Devant la séance plénière du Conseil, le secrétaire général adjoint aux Affaires politiques de l’ONU, B. Lynn Pascoe, a brossé un tableau sombre de la situation qui prévaut au Liban où, selon lui, « les développements politiques et sécuritaires sont préoccupants ».


« En dépit des efforts déployés par la Ligue arabe, les parties libanaises sont toujours loin de parvenir à un accord. La vacance de la magistrature suprême a engendré une situation dangereuse et insoutenable », a affirmé B. Lynn Pascoe. « La crise politique a été exacerbée par la succession des incidents sécuritaires », a-t-il ajouté.


Le secrétaire général adjoint de l’ONU a en outre présenté aux délégués des pays membres du Conseil une chronologie des derniers incidents sécuritaires qui ont eu lieu au Liban, à commencer par les émeutes de dimanche et jusqu’à l’attentat contre un véhicule de l’ambassade des Etats-Unis, en passant par l’assassinat du commandant Wissam Eid et de l’adjudant Oussama Merheb. Quant aux attentats qui ont visé la Finul, M. Pascoe a indiqué que « les Casques bleus et les forces de sécurité libanaises poursuivent l’enquête dans ce dossier ».
« Dans le nord du pays, l’Unrwa poursuit sa mission de secours et de reconstruction dans le camp de Nahr el-Bared », a-t-il ajouté.

 

L’ambassadeur américain


Le représentant par intérim des Etats-Unis auprès de l’ONU, Alejandro Wolff, a pour sa part de nouveau condamné l’attentat contre le commandant Wissam Eid. « Cette attaque s’inscrit dans le cadre des attentats qui ont ciblé ceux qui œuvrent pour l’indépendance et la souveraineté du Liban, et constitue une nouvelle atteinte aux institutions légitimes libanaises », a-t-il ajouté, réitérant le soutien de son pays au gouvernement libanais et exhortant la communauté internationale à contribuer au financement du tribunal international.
L’ambassadeur américain a enfin « lancé un appel à la Syrie, à l’Iran et à leurs alliés afin de mettre fin à leur ingérence et à leur obstruction du processus démocratique au Liban ».

 

Ripert « déplore »


De son côté, le représentant de la France auprès de l’ONU, Jean Maurice Ripert, a condamné « une véritable campagne de déstabilisation sécuritaire du Liban ». Il a aussi insisté sur « l’urgente nécessité de traduire en justice les responsables des attentats ». « L’impunité ne doit plus prévaloir au Liban », a-t-il ajouté, réitérant le soutien de la France au tribunal international.


L’ambassadeur de France a enfin « déploré » les incidents de dimanche dernier et appelé à mener « une enquête pour démasquer les responsables ». Il a enfin exprimé le soutien de la France à l’initiative de la Ligue arabe, invitant « la communauté internationale à garantir la souveraineté, la stabilité, l’unité et l’indépendance du Liban ».

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل