La majorité place tous ses espoirs dans la mission Moussa, l’opposition reste perplexe

Le chargé d’affaires du secrétaire général de la Ligue arabe a rencontré les responsables des deux camps
La majorité place tous ses espoirs dans la mission Moussa, l’opposition reste perplexe


A la veille du retour du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, son chargé d’affaires Hicham Youssef était déjà à Beyrouth hier pour tenter, une énième fois, de déblayer le terrain. La majorité semblait hier attachée à la lettre de l’initiative arabe, loin de la formule gouvernementale des 10+10+10, à laquelle continue de s’attacher l’opposition.


Le chef du parti Kataëb, Amine Gemayel, s’est réuni hier avec le chargé d’affaires du secrétaire général de la Ligue arabe, Hicham Youssef, avec lequel il a examiné « les détails de l’initiative arabe ». Le ministre de l’Information, Ghazi Aridi, a également reçu Hicham Youssef au Sérail et les discussions entre les deux hommes « ont été axées sur l’arrivée de Amr Moussa demain (aujourd’hui) au Liban », comme l’a indiqué le communiqué du ministère. De son côté, le haut représentant de l’Union européenne pour la Politique étrangère, Javier Solana, a souligné que « l’initiative arabe présente toutes les caractéristiques pour une solution au Liban ».
Le député de la Gauche démocratique, Elias Atallah, a quant à lui indiqué que la mission du secrétaire général de la Ligue passait par « une phase critique» car « tous les efforts fournis pour faire fléchir la position syrienne et les pressions en ce sens n’ont pas été fructueux ». Il existe donc, selon le député, « une tentative de faire échouer toutes les solutions possibles ». Le député de la Rencontre démocratique, Antoine Andraos, a souligné que le 14 Mars n’accepterait, en aucun cas, « la formule 10×3 », vu qu’il a déjà renoncé « aux deux tiers ».

 

Faisant écho à M. Andraos, le député des Forces libanaises (FL) Antoine Zahra a indiqué que « la formule 10×3 rappelle le temps maudit de la tutelle syrienne, sous le mandat d’Elias Hraoui, et durant laquelle prévalait la troïka ». Pour M. Zahra, la « troïka » signifie, outre la paralysie du pouvoir, la distribution égale des portefeuilles entre les trois présidences. M. Zahra a en outre indiqué que la majorité « ne baissera pas les bras devant cette débauche qui paralyse toutes les institutions ». Le député du Courant du futur, Nabil de Freige, a souhaité que « le secrétaire général de la Ligue, Amr Moussa, puisse être porteur d’idées nouvelles ». A l’issue de la réunion hebdomadaire de l’alliance de la majorité, le secrétariat général du 14 Mars a par ailleurs publié un communiqué dans lequel il a réitéré son « attachement à l’initiative arabe » et demandé « son application immédiate (…) sans aucune nouvelle condition ou explication supplémentaire ».

 

 Le 14 Mars a aussi indiqué qu’il n’acceptait pas « la logique du partage équitable du pouvoir entre la majorité parlementaire et populaire d’une part, et la minorité parlementaire et populaire d’autre part ». Sur la formule des 3×10, le député Mahmoud Mrad a rappelé qu’elle provient « des lignes du quotidien syrien al-Watan » et le président de la Chambre, Nabih Berry, « l’a reprise mot pour mot en la qualifiant d’initiative unique en son genre, tant dans la forme que dans le fond ». L’ancien député Tammam Salam a de son côté souligné que « le président Berry a déployé de grands efforts pour tenter de sortir l’échéance présidentielle des complications » actuelles, mais que « ses alliés de l’opposition font toutes sortes de manœuvres », pendant que « la majorité présente une concession après l’autre ». Plus négatif encore, l’ancien Premier ministre Nagib Mikati a tout bonnement affirmé que « l’initiative arabe ne mènera à rien tant que la confiance ne sera pas restaurée » entre les Libanais.

 

Climat négatif du côté de l’opposition


Hicham Youssef s’est par la suite réuni avec les représentants de l’opposition dans le bureau du député du mouvement Amal, Ali Hassan Khalil. Etaient présents le député Oussama Saad, le conseiller politique du secrétaire général du Hezbollah, Hussein el-Khalil, et le responsable des relations politiques du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil. De son côté, le député Anwar Khalil a relevé que « le climat actuel n’inspire pas confiance et ne laisse pas présager que des résultats concrets » se dégageront de la tournée de Amr Moussa. Oussama Saad, qui s’était réuni plus tôt dans la journée avec Nabih Berry et avec l’ancien président de la République Emile Lahoud, a affirmé que « le défi qui se présente devant l’initiative arabe est grand car il faut qu’elle se dégage des pressions américaines ».


Le ministre démissionnaire des Affaires étrangères, Faouzi Salloukh, a souhaité le succès de la mission Moussa et l’élection prochaine d’un président de la République, ce qui garantirait par ailleurs « le succès du sommet arabe ».


L’uléma Mohammad Hussein Fadlallah a enfin déclaré que « ce sont les alliés des Etats-Unis qui tentent de répandre la discorde politique ou communautaire ».

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل