Murr : Ce n’est pas seulement Aoun qui assume la responsabilité du vide mais le bloc tout entier

Murr : Ce n’est pas seulement Aoun qui assume la responsabilité du vide mais le bloc tout entier


L’ancien vice-président de la Chambre des députés, Michel Murr, a indiqué hier que l’initiative arabe « reste valable » et que « l’entente interne est au cœur de la solution », même si l’appui externe « est important ». Michel Murr a souligné qu’il convenait de rester « loin des conditions et conditions réciproques » et que le président de la Chambre, Nabih Berry, joue actuellement un « rôle important » et qu’il est « capable » d’avoir un rôle dans la résolution de la crise.

 

« Les contacts avec la majorité ont toujours cours actuellement », a aussi révélé M. Murr qui a souligné qu’il avait dernièrement discuté de la crise politique actuelle avec le député Walid Joumblatt. M. Murr s’est d’autre part demandé « où sont les députés maronites et pourquoi permettent-ils que le vide continue de régner en maître au niveau de la magistrature suprême ? (…) Le général Aoun n’est pas seul responsable de ce vide, il y aussi une responsabilité que les députés maronites doivent assumer ».

 

Ces propos de M. Murr sont intervenus à l’issue de sa rencontre avec l’ambassadeur de Russie au Liban, Sergueï Boukine. Ce dernier a affirmé de son côté que « la Russie est désolée de voir que la crise se poursuit et que le vide persiste au niveau de la présidence ». « Nous sommes tranquilles malgré tout parce que l’initiative arabe est toujours en vigueur et parce que le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa poursuit ses efforts », a aussi indiqué Sergueï Boukine. « Nous appelons toutes les parties à trouver un moyen terme qui pourra répondre à la théorie du ni vainqueur ni vaincu », a-t-il aussi relevé.

 

Où sont les députés maronites ?


Michel Murr a de son côté précisé que le rôle de la Russie consistait à « fournir des efforts sur le plan international, afin de mettre un terme à la crise. Le point de départ étant l’élection du président de la République puis la mise en place d’un gouvernement d’union nationale ». « Le ministre russe des Affaires étrangères est en visite officielle en France où il tente de venir en aide au Liban. La Russie apporte son appui à l’initiative arabe et Amr Moussa attend aussi un appui de la part de la France à cet égard, aux côtés des Etats-Unis », a aussi affirmé M. Murr. Répondant à une question concernant ses prises de position qui semblent différentes de celles du Bloc de la réforme et du changement auquel il appartient, M. Murr a indiqué que « chacun a une liberté de parole et une liberté d’opinion, et c’est ce que le général Aoun a indiqué durant l’entretien télévisé » qu’il a eu récemment. « Mon avis n’a jamais été un secret pour personne, c’est d’ailleurs cet avis que j’exprime en présence de Michel Aoun qui a d’ailleurs coopéré dans plusieurs dossiers, notamment celui de la formule gouvernementale 3×10 ». Se demandant à « quoi ça sert d’attendre 6 mois pour résoudre la crise » lorsqu’elle peut être résolue sur-le-champ, il a indiqué qu’« à ce rythme, il n’y aura pas d’élections, ni aujourd’hui ni en 2009. Les gens en ont marre des politiciens, y compris de ceux qui font partie du Bloc de la réforme et du changement ».

 

« La loi de 1960 ne pose pas problèmes, toute loi peut être objet d’une discussion d’un quart d’heure et d’un consensus », a ajouté M. Murr. Sur la responsabilité de M. Aoun dans le vide qui continue de sévir au niveau de la présidence, M. Murr a relevé que « le général Aoun est le chef du bloc, et je ne dis pas que c’est lui qui doit assumer la responsabilité. Ce sont les députés du bloc. Où sont les députés maronites ? Pourquoi acceptent-ils de laisser la présidence vide ? »

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل