L’Eglise maronite demande « à toutes les parties » de coopérer à la recherche d’un règlement

Sfeir se prépare à effectuer une tournée pastorale qui le conduira en Afrique, aux Etats-Unis et en Europe
L’Eglise maronite demande « à toutes les parties » de coopérer à la recherche d’un règlement


Réuni sous la présidence du patriarche, le cardinal Nasrallah Sfeir, l’Aseemblée des évêques maronites a demandé à toutes les parties, internes et externes, de coopérer à la mise en application de l’initiative de règlement arabe. Il l’a fait au vu de la dégradation de la situation économique qui a poussé les classes laborieuses à la grève, réclamant en outre que tout soit fait pour sauver la saison estivale. L’Assemblée révèle par ailleurs que des terrains et des puits sont « confisqués » au Nord et dans la Békaa. Voici le texte intégral du communiqué final de la réunion présidée par le cardinal Sfeir :


« La tenue d’un sommet arabe à Damas, sans présence libanaise, faute d’un président, est un fait anormal et regrettable. Il reste que le sommet a insisté sur l’engagement au respect de l’initiative arabe de règlement de la crise libanaise. Les membres de l’Assemblée demandent à toutes les parties, à l’intérieur et à l’extérieur du Liban, de coopérer pour le succès de cette initiative en vue de mettre fin à l’épreuve du Liban.


« La situation déplorable fait obstacle à un redressement de la situation au plan de la vie quotidienne. C’est ce qui pousse la plupart des acteurs économiques, en particulier la classe laborieuse, à élever la voix pour se plaindre de la cherté et à menacer de se mettre en grève. Le gouvernement et les divers agents responsables doivent se pencher sur cette question avec sérieux et sens des responsabilités. »

 

Un Etat fort et juste


Et le communiqué de poursuivre : « Des voix s’élèvent, de temps à autre, pour se plaindre de l’Etat, contre lequel des actions en justice sont engagées et gagnées, mais qu’il refuse d’exécuter, ce qui est une injustice grave. L’Etat doit être non seulement fort, mais également juste.


« Aux dires de certains, la prochaine saison estivale semble compromise, à en juger par la situation actuelle. Aux responsables de tout faire pour sauver cette saison, de calmer les esprits, de sorte que les habitués du Liban reviennent cet été.


« Dans certaines régions, en particulier au Nord et dans la Békaa, des plaintes s’élèvent contre certaines fractions qui confisquent les terres et les puits. Ils se plaignent aussi d’une application sélective, contraire à la justice et à l’équité, de la loi réglementant l’exploitation des eaux souterraines. Les évêques réclament que cette loi soit appliquée sans discrimination. »


« Les circonstances difficiles que traverse le pays impose à tous les Libanais de coopérer en vue d’une sortie de crise, à laquelle il faut faire face avec sang-froid, afin d’en limiter les effets. Demandons à Dieu de nous accorder de pouvoir régler notre crise. A Dieu, rien n’est impossible », conclut le communiqué.

 

Tournée pastorale


Sur un autre plan, le siège patriarcal maronite a annoncé hier que le patriarche Sfeir se prépare à effectuer, à partir de la première semaine de mai, un voyage pastoral d’un mois qui le conduira successivement en Afrique du Sud, aux Etats-Unis et en Europe. Le patriarche maronite aura l’occasion de rencontrer notamment, à New York, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.


En Europe, le patriarche sera reçu par le roi d’Espagne, Juan Carlos. Il se rendra ensuite au sanctuaire de Fatima (Portugal), visite qui conclura sa tournée pastorale.

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل