Les différends interarabes continuent de paralyser l’initiative de la Ligue

 Moubarak en visite officielle à Paris dimanche, Aboul Gheit est arrivé aux Etats-Unis
Les différends interarabes continuent de paralyser l’initiative de la Ligue

 
L’Egypte mènera des concertations avec les Etats-Unis et avec la France au cours des prochains jours pour tenter de résoudre la crise libanaise et d’insuffler une nouvelle vie à l’initiative de la Ligue qui a été paralysée par les divergences interarabes. Le président égyptien Hosni Moubarak entame, en effet, dimanche une visite officielle de trois jours en France, où ses entretiens avec le président Nicolas Sarkozy porteront notamment sur la situation au Liban et au Proche-Orient.


De son côté, le chef de la diplomatie égyptienne, Ahmad Aboul Gheit, est arrivé hier à Washington. Des sources diplomatiques égyptiennes ont indiqué que le ministre Aboul Gheit se penchera avec les responsables américains sur les alternatives possibles pour dénouer la crise libanaise qui ne devient que plus complexe avec chaque report du scrutin présidentiel.


Selon ces sources, le ministre égyptien expliquera aux responsables américains les circonstances de la détérioration des relations entre Damas, d’un côté, et Ryad, Amman et Le Caire, de l’autre. Ahmad Aboul Gheit devrait également insister sur le peu d’enthousiasme que manifeste le président syrien pour remettre les relations entre Beyrouth et Damas sur les rails. D’autant que la Syrie refuse de collaborer à la résolution de ce problème avec le gouvernement Siniora qu’elle accuse d’« exécuter les directives américaines » et d’« être responsable de la détérioration des relations entre Beyrouth et Damas ».


Par ailleurs, des sources diplomatiques arabes ont affirmé que la tournée arabe du président de la Chambre, qui est arrivé hier au Qatar, constitue un « développement positif ». « La démarche du président Berry est toutefois rejetée par la majorité et par le chef du CPL, Michel Aoun, qui a une nouvelle fois affirmé être le délégué de l’opposition. L’Egypte ne s’oppose pas à la démarche du président Berry, à condition qu’elle soit soutenue par tous les Libanais », ont-elles noté.


Ces sources ont également exprimé leur accord avec l’hypothèse de Nabih Berry selon laquelle « un accord syro-saoudo-égyptien est indispensable pour la réussite du plan arabe ». « Cet accord triangulaire est toutefois quasiment impossible pour le moment, et les circonstances dans lesquelles le sommet de Damas s’est tenu n’ont fait qu’aggraver les différends interarabes ». Le chef d’Amal a pu s’en rendre compte lors de ses entretiens avec les présidents Hosni Moubarak et Bachar el-Assad, ont-elles aussi indiqué.
Et les sources diplomatiques arabes de mettre enfin en garde contre les conséquences de la propagation du vide au niveau des institutions étatiques.

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل