Qui veut faire peur aux magistrats libanais ?

Qui veut faire peur aux magistrats libanais ?

INSÉCURITÉ
La sécurité est revenue en force à la tête des préoccupations des Libanais – il y a quelques jours pourtant, le président Sleiman avait rassuré ses compatriotes à ce niveau, assurant que la situation est positive et prometteuse. Après l”assassinat du responsable palestinien Kamal Medhat, lundi, la découverte d”une charge explosive près du domicile du président Amine Gemayel à Bickfaya, mardi, c”était hier le tour des magistrats d”être visés.

Les voitures des juges Myrna Wansa et Talal Baydoun, tous deux membres du Conseil d”État, ont essuyé des tirs à Badaro. Les services de sécurité ont aussitôt entamé une enquête. Ils ont ainsi inspecté la voiture du juge Baydoun, une Chevrolet qui était garée devant le domicile de ce dernier à Badaro, et ils y ont trouvé une balle qui fait désormais l”objet d”une expertise. Par contre, la voiture de la juge Myrna Wansa, une Nissan Murano, n”a pu être inspectée, car la juge est partie très tôt de chez elle hier matin. Mais l”enquête se poursuit, à tous les niveaux ; elle est d”ailleurs supervisée par le procureur général de Beyrouth, Joseph Maamari.

Interrogé par la chaîne LBC, le juge Baydoun a estimé qu”à travers ces incidents, c”est l”ensemble du corps judiciaire qui est visé. Il a écarté l”incident personnel en ce qui le concerne et il a ajouté que le seul lien entre lui et la juge Wansa c”est qu”ils sont tous les deux membres du Conseil d”État.

Interrogés à leur tour, les habitants du quartier ont affirmé ne pas avoir entendu de coups de feu, laissant entendre que l”agresseur a dû utiliser une arme munie d”un silencieux.

Des rumeurs sur des agressions similaires contre les voitures des magistrats Peter Germanos et Hatem Madi ont ensuite circulé dans les milieux médiatiques. Mais elles ont été démenties.

Le Premier ministre, Fouad Siniora, a pour sa part violemment condamné ces agressions. Dès qu”il a appris la nouvelle, il a entrepris des contacts pour connaître les dessous de cette affaire. Il a réclamé l”accélération de l”enquête et il a affirmé que les attaques contre les membres du corps judiciaire sont totalement rejetées.

Le ministre de l”Intérieur, Ziyad Baroud, a lui aussi vigoureusement dénoncé ces incidents, appelant toutefois la classe politique à attendre l”issue de l”enquête en cours avant de procéder à des analyses ou à des spéculations. Il a en tout cas refusé de faire le lien entre ces agressions et la formation du tribunal international, avant de connaître les résultats des investigations.

Enfin, le procureur général près la Cour de cassation, Saïd Mirza, et le président du Conseil supérieur de la magistrature, Ghaleb Ghanem, ont donné leurs instructions pour que l”enquête soit rapide et ont affirmé qu”ils en suivent les moindres détails.

المصدر:
l"orient le jour

خبر عاجل