(Au temps de l’obscurantisme… une révolution blanche (par Maya Khadra

Au temps des discours politiques biaisés, des intentions de réforme bigotes, de la prorogation préméditée et fatale d’un parlement dont les alvéoles s’aèrent à des doses d’oxygène artificiel… Au temps d’une nation où l’électricité est une manne rare, où les bombes s’apprêtent à déflagrer même au sein des quartiers les plus sécurisés, où les Libanais, faute d’éveil national, se dressent les uns contre les autres… Au temps de l’obscurantisme puant de corruption politique, de fanatisme religieux, de déclin social, la révolution du 10 octobre affleure à la surface du chaos ambiant pour que les citoyens libanais s’insurgent avant tout contre leur soumission à un système politique qui, jusqu’alors, n’a fait que les broyer entre ses dents comme une machine infernale.

Certes, ce n’est pas La machine infernale de Cocteau. Notre machine est bien plus efficiente. Elle paralyse les initiatives des jeunes qui optent pour l’émigration, pète des projets de loi à l’instar de celle de l’apartheid dite orthodoxe, tolère la présence d’un parti divin armé sous la coupe de l’Etat, sape les droits humains fondamentaux et la liste des infractions s’étend à l’infini.

Et face à ce spectacle apocalyptique, les Libanais se taisent et avalent lentement les injustices qu’on commet contre eux au quotidien comme on refoule un complexe qui nous hante dans l’inconscient. Partant de ce fait, il est inéluctable que le citoyen libanais est simultanément le bourreau et la victimede lui-même. Victime en raison de son silence permanent qui le précipite vers son déclin. Bourreau parcequ’il tue au quotidien son pouvoir de changement.

A l’aube du printemps arabe qui a mobilisé les peuples longtemps opprimés, le Libanais fait du surplace. Il est vrai que notre système n’est pas totalitaire. Du moins, c’est ce qu’on prétend. Mais n’est-il pas évident que les dictateurs se cachent derrière les masques hypocrites de la religion et des calculs politiques vils.

N’est-il pas nécessaire que les Libanais refusent cet état de viol permanent de leurs droits fondamentaux?

N’est-il pas urgent de s’unir et de lever haut les slogans d’une révolution pacifique sans que cette dernière ne soit affectée par des ambitions politiques destructrices?

Une nation, une main!

La révolution du 10 octobre initiée par Rami Ollaik, ancien militant du Hezbollah, et par des figures indépendantes de la société civile se propose de donner un coup de balai dans le grenier poussiéreux de l’Etat libanais. C’est une révolution blanche qui s’inscrit dans la lignée du 10 octobre 1994, jour où les étudiants de l’AUB se sont unis, contre toute attente, pour mettre un terme à toute sorte de  clivage entre eux.

Buts, visions et étapes d’exécution

Nombreux sont ceux qui ont taxé la révolution du 10 octobre 2013 de velléitaire et sans horizons ou programme exécutif précis. Toutefois, la réalité est que ce mouvement contestataire échelonne son projet patriotique sur plusieurs étapes. Le comité exécutif de la révolution du 10 octobre constitué de : Rami Ollaik, Carlos abi Nader, Sevan Sissirian , Fawzia Harb, Adham al Rifai, Hicham Mahfoud, Imad Jamal, Salam Choukr, Tamer Salman, Leila Attieh, Ahmad al Hachimi, Bahaa Hamwi s’est taillé une feuille de route des plus rigoureuses commençant par la sensibilisation de l’avis publique sur l’importance de la révision de la constitution, de l’abolition du confessionnalisme politique, de la décentralisation et de la ratification d’une loi électorale moderne qui éloigne les fantômes du sectarisme, de la féodalité et du clientélisme du travail politique.

Pour disséminer ce projet sur l’ensemble du territoire libanais ainsi que sur les pays où la diaspora libanaise est présente, des réunions régionales se font partout : à Nabatiyyeh, au Chouf, à Saadnayel, en France. Qui plus est, un événement public se prépare à Jeita, au cœur du Kesrwan, et ce le 20 août prochain.

Le changement est proche. Il est le fils légitime du 14 mars 2005 et de la croyance de chaque Libanais « Libanais » en un pays qui verra naître en toute dignité ses enfants sur cette terre qui a abrité les plus anciennes civilisations.

Le changement est proche et il a besoin de la contribution de chaque citoyen pour que la patrie soit ressuscitée.

Le changement est proche. Faites-le !

المصدر:
فريق موقع القوات اللبنانية

خبر عاجل