Comparaison entre la situation “Ukraine-Crimée-Russie” et celle du “Syrie-Liban”

1 – Un comparatif rapide entre ce qui se passe en Ukraine-Crimée-Russie d’une part et en Syrie-Liban d’autre part. Les cas sont complexes mais comparables.

2 – La Crimée faisait partie de l’Ukraine à travers des siècles malgré son occupation et sa domination par les russes depuis deux siècles. La démographie a été changée pour avoir une majorité des citoyens de Crimée russophone. Est-ce un argument pour annexer la Crimée par le dictateur POUTINE ? A l’échelle de l’Ukraine, les russophones sont minoritaires. S’il y avait un esprit démocratique, et que les forces militaires soient au service du respect des droits démocratiques la Crimée resterait dans l’état Ukrainien en prévoyant des droits spéciaux aux citoyens russophones sans provoquer l’ambiance de haine et de guerre comme actuellement.

3 – POUTINE est un dictateur par définition. Il était chef d’un service secret. Il a eu le pouvoir en apparence par une élection convenable. Mais très vite il a verrouillé le pouvoir pour son hégémonie en permutant régulièrement la présidence de Russie entre son copain MEDVEDEV et lui-même de façon sidérante pour un démocrate comme le peuple russe se résigne à s’écraser comme à l’époque des tsars ou des bolchéviques.

4 – Quand un dictateur envoie son armée pour occuper un pays puis il prétend faire un référendum pour soutenir l’annexion de ce pays, il y a évidence de l’absence de liberté et ainsi le référendum n’est pas juste.

5 – Par contre, les droits de l’homme justifient qu’un peuple soit libre de son autodétermination pour l’indépendance ou le rattachement à son voisin, dans des conditions de liberté totale.

6 – Le régime syrien de Bachar AL-ASSAD et son service secret sont formés à l’école des bolchéviques russes et ils emploient les mêmes méthodes injustes.

7 – Depuis mars 2011, le peuple syrien est descendu dans les rues pour se débarrasser du dictateur qui a été élu en héritant le régime de son père dans un climat d’oppression. L’élimination de tout opposant permet au dictateur de se faire élire avec 100% des votants et il fait croire au monde qu’il soit adoré comme un prophète. Cela n’est qu’une mascarade aux yeux des personnes cultivées modernes et démocrates.

8 – La propagande du dictateur syrien n’a pas suffi pour arrêter la révolte populaire. Il est passé aux actes de massacres et de génocides à une échelle inouïe au 21ème siècle. En trois ans, il y a au moins 150000 tués et 10 millions de réfugiés. Les villes et les infrastructures de la Syrie sont détruites. Le peuple syrien est décimé.

9 – Le peuple syrien parle l’arabe suite à l’arabisation à travers les siècles de différents peuples de ce territoire. Le dictateur a utilisé le racisme sectaire religieux des alaouites, à la place des différences de langues, pour renforcer un noyau dure de l’armée du régime. L’armée du régime est devenue depuis 40 ans une garde armée pour protéger le dictateur de la famille AL-ASSAD. Les alaouites ont dominé le pouvoir bien qu’ils soient minoritaires d’environ 10% du peuple syrien.

10 – Les forces militaires du régime syrien ne sont donc pas au service des droits humains et de la démocratie en Syrie. Toute apparence d’élection libre ou de référendum n’est pas crédible.

11 – Il faut donc que la communauté internationale intervienne pour faire passer le pouvoir en Syrie à un régime démocrate respectueux des droits humains de tous les citoyens et les spécificités de toutes les ethnies et minorités.

12 – Il faut garder l’espoir que la communauté internationale démocrate réagisse correctement pour aider les peuples de la Syrie et du Liban. Actuellement la déception est énorme. Les super puissances démocrates occidentales qui ont les moyens de faire arrêter la machine de guerre du régime syrien n’ont pas été à la hauteur de la morale humaine.

13 – La présentation du peuple syrien comme des extrémistes fanatiques religieux est une propagande du régime. De plus il faut bien comprendre que ce peuple opprimé et gardé dans l’ignorance des libertés modernes par le régime ne pouvait pas savoir réagir qu’au nom des dieux, derniers refuges des croyants démunis. Les extrémistes sont peu nombreux.

14 – Mais le régime de la famille AL-ASSAD ne se contente pas d’opprimer le peuple syrien. Il a une visée hégémonique sur le peuple libanais depuis l’accession au pouvoir de Hafez AL-ASSAD en 1964. Ce régime a essayé durant 40 ans à changer la démographie au Liban et à endoctriner les libanais chiites, proches des alaouites, pour qu’ils soient utiliser pour annexer le Liban.

15 – En pleine guerre entre le peuple syrien et l’armée du régime, Bachar AL-ASSAD n’a pas hésité à utilisé sa milice chiite armée au Liban, HEZBOLLAH, pour qu’elle participe aux massacres de syriens opposants au régime en Syrie.

16 – Depuis le retrait de l’armée syrienne du Liban en 2005, la milice de HEZBOLLAH a relayé ce régime pour dominer le pouvoir de l’Etat libanais, en utilisant le terrorisme, les assassinats et les pressions permanentes sur le peuple et les dirigeants du pays. Presque la moitié du territoire libanais est dominé militairement par la milice de Hezbollah, l’armée de l’état libanais est devenue son accessoire.

 17 – Actuellement, l’absence de changement du régime tyrannique de Bachar AL-ASSAD et le renforcement de l’oppression militaire sur les libanais par la milice de HEZBOLLAH met la société libanaise au bord d’une nouvelle guerre civile.

18 – En effet, la majorité des libanais sont contre l’existence du parti HEZBOLLAH et de sa milice armée hors-la-loi qui menace tout libanais et qui impose sa volonté sur les dirigeants de l’état. Hezbollah et ses collaborateurs libanais veulent que tout le Liban devienne le serviteur du dictateur syrien. Ils sont prêts à perpétrer des massacres au Liban comme ils ont fait en Syrie.

19 – Le peuple libanais aspire à construire une vie démocratique en paix pour tous et que la force militaire sur le sol libanais soit seule l’armée légitime qui doit rester au service des droits de l’homme et de la protection de tous les citoyens. Le Liban est au carrefour pour aller ou bien vers la paix et la démocratie ou bien vers la guerre civile.

20 – Le Liban n’a pas les moyens de se défendre tout seul. Mais si les démocrates libanais ne se rassemblent pas pour se défendre, il ne faut pas reprocher à la communauté internationale de ne pas venir à leurs secours.

21 – Les dictateurs en Syrie et au Liban vont faire croire qu’ils seront plébiscités par des élections sous les pressions militaires et les menaces. Le dictateur syrien cherchera à annexer le Liban comme il fait actuellement POUTINE sur la Crimée.

المصدر:
World Transparent Democracy Organization

خبر عاجل